L’égoutier qui voulait être roi

Découvrez  l’histoire d’un égoutier qui voulait devenir roi.

En exclusivité pour vous : L’histoire complète à lire en fin de page.

Un Egoutier qui veut devenir roi, un conte de Patrick Huet

Titre de ce conte : L’égoutier qui voulait être roi.

Auteur : Patrick Huet.

Genre : conte pour enfants, merveilleux.

Présentation de l’histoire.

Il était une fois, dans un pays lointain, un homme qui voulait être roi. Mais cet homme n’était qu’un simple égoutier. Et dans ce pays, les égoutiers ne deviennent jamais des rois. Jamais ? Peut-être pas !…Car les royaumes sont nombreux, il suffit d’en découvrir l’entrée.

Comme nous vous l’indiquons au début de cette page, vous pouvez lire le texte complet de cette histoire un peu plus loin, en fin de page. L’histoire est publiée sur ce site uniquement pour une lecture personnelle.

Si vous envisagez de le diffuser au-delà du cercle familial, merci de contacter l’auteur pour son accord au préalable.

Disponible aussi à l’achat : en version imprimée ou en ebook.

Version papier.

Pour ceux qui souhaiteraient acquérir cette histoire sous forme imprimée, en voici les caractéristiques.

Age : à partir de 8 ans, 10 p. Format 15 X 21 cm. Illustré.

Ce conte est disponible auprès de Patrick Huet. Contactez-le pour tout achat de cette brochure en version papier.Il vous communiquera les informations à ce sujet.

Coordonnées : Patrick Huet 73 rue Duquesne 69006 Lyon. Tél. 06 99 71 69 69. Em : patrickhuet@gmx.fr.

Version ebook.

La version numérique de ce conte est accessible pour un prix que nous avons voulu minime et sans DRM.

Prix : 0,99 euro (99 centimes d’euros). (Selon les plateformes, le prix varie entre 0,86 et 1,20 euros.)

Voici le lien vers une des plateformes. Pour la télécharger, cliquez ici : « égoutier »  .

L’histoire complète ci-dessous.

Age : A partir de 8 ans.

Copyright : © Patrick Huet.

Reproduction et adaptation uniquement avec l’accord écrit de l’auteur.

Début de l’histoire : L’égoutier qui voulait être roi.

Il était une fois, dans un pays lointain, un homme qui voulait être roi. Depuis sa toute petite enfance, il voulait être roi. Mais il n’avait pas eu beaucoup de chance dans la vie et il n’était qu’un simple égoutier.

Oh, le meilleur des égoutiers !

Il passait toutes ses longues journées à nettoyer les égouts. Vous connaissez les égouts, ce sont des sortes de grands tunnels souterrains qui transportent les eaux sales des maisons jusqu’aux rivières.

Cet homme avait donc pour travail de s’assurer que les égouts ne soient pas bouchés afin que les eaux ne remontent pas sur les trottoirs. C’était un fort brave égoutier. Dans ses grandes bottes qui lui arrivaient à la taille, il allait et venait sous toute la ville, car le réseau des égouts était très vaste.

Armé d’un bâton pointu et d’un râteau, il repoussait les saletés pour qu’elles flottent jusque dans la rivière. Il travaillait ainsi toute la journée en oubliant qu’il voulait être roi.

Mais dès qu’il remontait à la surface, il se rappelait ses rêves d’enfant.

Un rêve d’enfance.

Il se rappelait combien il désirait devenir roi. Alors, il se tournait vers les autres habitants, car il est vrai qu’un roi n’est pas vraiment un roi s’il vit tout seul. Il lui faut de la compagnie : des princes, des princesses, des chevaliers…

— Certainement que les habitants de cette ville feraient d’excellents princes et de merveilleuses princesses, se disait-il souvent. Allons donc le leur demander !

Mais dès qu’il voulait leur parler, tout le monde refusait de l’écouter.  » Ouh, qu’il est sale ! ricanaient-ils ; ouh qu’il est sale ! « . Et quand il s’approchait, ils s’éloignaient tous très vite :  » Comme il sent mauvais, riaient-ils ; ouh, qu’il sent mauvais ! « .

Il faut avouer qu’ils n’avaient pas tort !

Car à force de patauger toute une journée dans l’eau des égouts, le brave homme n’était pas bien propre ; et il ne sentait pas bien bon non plus.

Et cela le désolait, le pauvre égoutier ; il désirait tellement qu’on l’aime. Souvent, il rentrait chez lui la tête basse, le coeur gros, et il se lamentait.

— Ce n’est pas ainsi que je deviendrai roi. Oh, non !… Et pourtant, je le voudrais tellement ! Je suis sûr que je m’occuperais très bien de mon royaume. Mais je ne suis qu’un pauvre égoutier; un pauvre égoutier à qui tout le monde refuse de parler, parce qu’il est sale et qu’il sent mauvais. Mais comment faire autrement quand on travaille toute la journée dans les égouts ?

Un voisin moqueur.

Un jour qu’il était de repos, ce brave égoutier s’adressa à l’un de ses voisins par-dessus la clôture qui séparait leurs deux maisons.

— Ah, dit-il en soupirant, comme j’aimerais devenir un roi !

— Un roi ? s’exclama le voisin. Un roi ? Mais mon pauvre ami, tu es tombé sur la tête, les égoutiers ne deviennent jamais des rois ! Alors ça, c’est la meilleure ! Un égoutier qui veut être roi !…

Et le voisin de rire, de rire… si fort que l’égoutier alla cacher sa honte dans sa petite maison.

Un peu plus tard, il sortit doucement pour aller se promener au grand soleil. Le voisin n’était plus dans son jardin et l’égoutier en fut bien content : il ne voulait plus l’entendre rire encore de lui.

Des plaisanteries méchantes.

Il venait à peine de contourner le coin de la rue qu’il aperçut son voisin en train de discuter avec un petit groupe de personnes.

Quelqu’un s’écria :  » Oh, voilà l’égoutier qui veut être roi !  » Aussitôt, tout le groupe se répandit en moqueries.  » Ouh, le vilain roi ! Ouh, qu’il est laid ! Ouh, qu’il sent mauvais ! « 

Il s’enfuit très vite. Mais où qu’il allait de par la ville, il ne rencontrait que des ricanements et des plaisanteries méchantes. Le voisin avait raconté partout son secret et tous se moquaient de lui ouvertement.

Se cacher dans les égouts.

Pour finir, il fut si malheureux d’être pourchassé, qu’il se réfugia là où personne ne le suivrait jamais, dans les égouts.

Il marcha longtemps dans ces grands tunnels souterrains. Il avait tant de chagrin qu’il ne savait plus où il allait. Ses yeux étaient si pleins de larmes qu’il ne voyait même pas son chemin.

Il ne pouvait que répéter :  » Jamais, je ne serai un roi. Non, jamais ! Oh, comme je suis triste ! « 

Un tunnel mystérieux au fond des égouts.

Dans son désespoir, il se trompa de chemin. Il quitta par erreur le large canal des égouts pour entrer dans un tunnel très étroit. Plusieurs fois déjà, il avait observé ce petit tunnel, mais il ne l’avait jamais visité, car il avait toujours eu trop de travail.

Au bout de quelques minutes, il lui sembla apercevoir comme un reflet de lumière. Etonné, il accéléra son pas et découvrit un grand mur brillant.

Il regarda plus longuement. Et plus il regardait, plus le mur prenait la forme d’une porte. La poignée n’était rien d’autre qu’un rubis incrusté d’or.

Sans même réfléchir, l’égoutier toucha la poignée. La porte s’ouvrit sans un bruit. Il ne savait que penser. Mais comme il n’était plus question pour lui de reculer, il avança ; d’un pas tout d’abord, puis de deux, puis de trois.

Brusquement, un rideau de pluie argentée s’abattit sur lui. Stupéfait, il hésita quelques secondes avant de reprendre sa marche. Encore deux pas en avant et il sortit du rideau de pluie.

Un monde fabuleux.

Un monde fabuleux se présenta alors à ses yeux. Le tunnel avait complètement disparu. A la place, des champs et des prés s’étendaient à perte de vue. Il voyait aussi une grande vallée que traversait une rivière ; et tout là-bas, au loin, un très beau château.

Mais ce qui étonnait le plus ce brave homme, c’était la merveilleuse demoiselle aux longs cheveux de rêve qui lui souriait.

— Bonjour, lui dit-elle avec une voix plus douce qu’un baiser. Bienvenue en ton royaume, toi que j’attendais depuis si longtemps.

— Mon… mon royaume… bégaya-t-il. Mais ce n’est pas possible. C’est une erreur. Je ne suis qu’un pauvre égoutier, un égoutier tout sale et qui sent mauvais.

— Vraiment ? Regarde donc tes habits !

Il baissa la tête et resta muet de surprise. Au lieu de sa vieille chemise et de son vieux pantalon, il portait des vêtements magnifiques, parfumés comme des fleurs.

— Je ne comprends pas, dit-il.

— C’est simple. Le rideau de pluie argentée que tu as traversé tout à l’heure possède le pouvoir de transformer les choses laides en choses belles. Ainsi, les mauvaises odeurs deviennent-elles des parfums et les guenilles des habits princiers.

— C’est fantastique ! Mais comment se fait-il que personne ne vient jamais ici ? Je n’en ai jamais entendu parler.

Un Royaume par la porte de son coeur.

— Pour entrer en ce monde, il faut d’abord en franchir la porte. Et cette porte est magique. On ne peut l’apercevoir qu’avec les yeux de son coeur… Et maintenant, viens, que je te fasse visiter ton royaume. Parce que tu es roi désormais et que tout ici t’appartient.

Elle lui prit la main et tous deux s’éloignèrent dans la merveilleuse vallée de ce merveilleux royaume, un royaume où le jour ressemble à une pluie de lumière.

Fin de l’histoire.